Nous contacter : 07 72 04 88 16

ENCORE ET TOUJOURS LA SOUFFRANCE AU TRAVAIL

Home > Blog > Actualités > ENCORE ET TOUJOURS LA SOUFFRANCE AU TRAVAIL

La santé au travail, un enjeu de société

Mon expérience :

Depuis 15 ans, j’interviens dans des entreprises de secteurs variés comme coach, formatrice et facilitatrice. C’est une source d’apprentissage permanent qui me passionne et m’interpelle souvent. Aujourd’hui je le suis particulièrement par le sujet de la santé au travail.

Je suis intervenue dans des centaines de formations sur la prévention des risques psycho-sociaux, des formations à la gestion du stress et d’autres formations qui ont évolué autour de la QVCT. J’ai commencé peu après les tragiques évènements survenus chez France Telecom, un vrai choc de société qui a mis en évidence les risques psychosociaux relatifs à la vie en entreprise et souligné l’importance, pour les employeurs, de déployer des actions de prévention et de lutte contre toute forme de harcèlement moral en entreprise.

2 salariés sur 10 menacés de Burn-Out :

Aujourd’hui, si les situations de harcèlement moral subsistent, en entreprise comme à l’extérieur, ce que j’observe c’est que les sources de souffrances au travail se sont déplacées.

Selon l’OCDE, le stress ou les tensions sur le lieu de travail ont régulièrement augmenté au cours de la dernière décennie. Actuellement, près de 2 salariés sur 10 seraient menacés de burn-out.
Cette augmentation serait la résultante d’une perte de sens de la valeur travail, d’un manque d’autonomie, de reconnaissance, une connexion continue grâce aux nouvelles technologies, d’une exposition à un stress permanent et prolongé
Le diagnostic de cet état de fatigue classe cette maladie dans la catégorie des risques psychosociaux professionnels.

Nous sommes en changement constant, en adaptation permanente dans un mouvement qui peut être adapté ou très intense, rapide, insensé et qui nous oblige à nous sur adapter pour survivre. C’est en tout cas ce que le stress nous indique : la perception d’un manque de ressources (humaines, matérielles) pour faire face à la tâche qui nous est attribuée.

D’après le baromètre annuel Santé des salariés 2023 – Malakoff Humanis (1) :

  • 62% des salariés déclarent que leur état de santé psychologique est lié à l’intensité et au temps de travail
  • 63% des salariés déclarent qu’ils sont intéressés par le fait d’être accompagnés (par l’entreprise) lorsqu’ils traversent une situation de fragilité

Je pensais naïvement, je l’avoue, qu’après quelques années de prise en compte des risques psycho sociaux dans les entreprises, les interventions externes deviendraient inutiles…

Il n’en est rien, évidemment !

Préserver la santé mentale des collaborateurs :

Pour rappel, la loi oblige l’employeur à mettre en œuvre certaines actions afin de préserver la santé mentale des collaborateurs d’une entreprise. Selon l’article L4121-2, il s’agit notamment d’adapter le travail à l’homme, en particulier en ce qui concerne la conception des postes de travail ainsi que le choix des équipements de travail et des méthodes de travail et de production.

Ces risques psychosociaux peuvent être liés à une surcharge de travail, à un manque de sens au travail, à de la violence (en interne ou en externe par ailleurs).

Je suis particulièrement sensible au sujet de l’hyperconnexion car nous en sommes tous des victimes, plus ou moins consentantes. J’en ai parlé dans mon précédent post. Le covid a ouvert en grand la voie au télé travail (enfin !) aux réunions virtuelles (quel gain de temps de transport !), aux teams, chat, slack, trello, whats app, réseaux sociaux et a accéléré les modes de communications…virtuelles tout en réduisant les interactions sociales réelles, à générer de l’hyper réactivité, un monde de l’instantanéité.

Et le temps gagné dans les transports et rempli par d’autres réunions virtuelles !

Pauvre cerveau, en surchauffe, ses capacités cognitives finissent à un moment ou un autre (plus ou moins long) à saturer et, à ce stade, oblige à s’arrêter.

D’ailleurs j’entends de plus en plus parler de « bande passante » ou plutôt du manque de bande passante…une belle analogie entre notre cerveau et internet. Or, que se passe-t’il quand un réseau n’a plus de bande passante ? il rame, il rame, puis il bugg, il faut ainsi l’éteindre puis le redémarrer !

Selon une étude parue dans le Journal des entreprises de Janvier 2024 : mené par Gereso, institut de formation RH

  • 48 % de ceux qui travaillent dans les grandes organisations évoquent un sentiment d’épuisement.
  • Beaucoup craignent pour l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle : 31 % ressentent déjà une dégradation de cet équilibre.

Les actions à mener :

Ce constat étant fait, et pour finir sur une note positive : il existe tout un champ d’accompagnement possible pour prévenir ces risques et développer une vraie culture du bien-être en entreprise :

L’information et la formation des travailleurs, des managers et des leaders, le coaching, le dialogue interne sur les objectifs, des entretiens individuels réguliers prenant en compte les indicateurs relatifs à la santé mentale et au bien-être des collaborateurs, les réunions paritaires comme lieux d’échange sur la vie de l’entreprise, l’encadrement du travail nomade, l’adaptation des horaires et conditions de travail.

Depuis 15 ans, j’ai constitué une équipe dédiée pour vous accompagner à retrouver du souffle, du sens…et du plaisir au travail 🙂

Question :

Et vous, si vous deviez choisir un élément principal sur lequel porter votre attention pour améliorer votre qualité de vie au travail, ce serait lequel ?

(1) : : 2023-09-21- PRESSE – MalakoffHumanis_ Baromètre Santé au travail 2023_VDef.pdf

Photo : Sculpture de Giacometti à la Fondation Louis Vuitton